Événement virtuel et hybride : la RSE, un investissement sans retour ?

Procurement, Procurement Mobilité | 16 octobre 2020

Article EPSA pour Déplacements Pros

Une crise sanitaire, un secteur événementiel dans la tourmente, des entreprises qui regardent plus que jamais à la dépense dans le contexte actuel, tout en cherchant à verdir leurs déplacements professionnels… les vents sont favorables aux événements virtuels.


Les stratégies RSE viennent-elles bouleverser les logiques en cours depuis des décennies, celles basées sur le retour sur investissement ? "Aujourd’hui, on nous sollicite davantage sur la recherche d’économies de CO² que sur celle d’économies financières" , indiquait Christophe Drezet, le directeur associé au Pôle Mobilité chez EPSA, au cours d’une table ronde organisée lors du dernier EVP d’Amex GBT, notant que les budgets Voyage et Déplacements étaient "durablement impactés à la baisse".

Comme l’a rappelé Béatrice Eastham, fondatrice du cabinet Green Evenements, lors du Carrefour des Experts GBTA, "la crise est une chance car elle nous oblige à repenser nos métiers. Le fait de digitaliser une partie des événements aide les entreprises à atteindre leurs objectifs de réduction de l’empreinte carbone, qu’il s’agisse de simples réunions ou d’événements complexes. Pour ce faire, elle doit plutôt inscrire sa démarche RSE dans une stratégie globale, et non événement par événement. Et réfléchir en termes d’impact et d’objectifs" . En terme d’image aussi, à l’heure où les entreprises veulent se montrer vertueuses en la matière et séduire une nouvelle génération très sensible aux thématiques environnementales. 

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE